Road Trip en Nouvelle-Zélande

Vuarnet #28

Pour ce nouveau Vuarnet Day, nous retrouvons une vieille connaissance, Kai Grossmann. Nous avions rencontré ce jeune photographe lors d’un road-trip en Écosse. Dix-huit mois plus tard, le voilà de retour pour évoquer son voyage en Nouvelle-Zélande, une destination chère à ses yeux. Accompagnés de ses deux fidèles amis, ils ont ensemble testé nos modèles Ice et Edge dans des conditions difficiles…

Crédit photos: Kai Grossmann

Bonjour Kai, comment vas-tu depuis ton dernier Vuarnet Day ?

Très bien merci, il s’est passé tellement de choses depuis mon retour d’Écosse. J’ai décidé d’arrêter mes études d’ingénieur pour vivre de ma passion. C’était un choix risqué, mais je suis dorénavant photographe à plein temps.

Pour cette aventure tu étais en Nouvelle-Zélande, pourquoi ce pays ?

La Nouvelle-Zélande doit probablement être dans les tops destinations de toutes les personnes en quête d’aventure. Mais pour moi, c’était un voyage un peu spécial. Mon père est allé dans ce pays pour la première fois, il y a 54 ans, il a été émerveillé par sa beauté et je voulais suivre ses pas après sa récente disparition.

Et qui avec qui as-tu choisi de partir pour ce voyage particulier ?

Je suis parti avec deux super amis, Max Zedler qui vit à Vancouver et Jack Harding, un anglais vivant en Suède. J’avais déjà voyagé avec eux et au fil du temps, nous avons lié une vraie amitié. Nous allons d’ailleurs bientôt repartir ensemble pour un nouveau trip.

Si tu devais garder une anecdote de ce voyage, ce serait laquelle ?

Celle de ne pas tout planifier et de laisser place à la spontanéité. Les meilleures conditions pour faire des photos se présentent souvent quand on ne le prévoit pas. Il faut savoir s’adapter pour vivre de grands moments. Être prêt à conduire toute la nuit pour capturer le lever du soleil à l’autre bout de l’île, car c’est ici que le temps sera le mieux.

Qu’essayes-tu de transmettre à travers tes photos ?

Personnellement, je pense que la photographie et la vidéo sont les deux outils de communication les plus puissants à notre disposition actuellement. À travers ces prismes, je veux montrer aux gens la beauté de la planète. Avec le temps, j’ai aussi envie de documenter la relation des humains avec la nature.

Qu’est-ce qui t’attend dans le futur ?

Plus que je n’espérais en réalité. En ce moment, je prends un peu de recul pour continuer à apprendre de la photographie et expérimenter de nouvelles facettes du métier. D’ici quelques années, j’espère pouvoir enseigner ce que j’ai appris et faire découvrir les montagnes Suisses en tant que guide de haute montagne et photographe professionnel. Pouvoir discuter de ma relation avec la nature aux autres et m’engager dans des causes qui me tiennent à cœur.

Enfin, un an après, pourrais-tu nous redonner ta vision d’un Vuarnet Day ?

Pour moi, le meilleur Vuarnet Day est celui que tu partages avec tes amis et ta famille. Être ouvert à de nouvelles rencontres et partager avec les locaux sa passion. Les paysages somptueux ne sont que l’ingrédient de base pour tout le reste.